Solidarité avec les lycéens et les lycéennes du lycée Bréquigny de Rennes

Au lycée Bréquigny de Rennes, les élèves protestent contre les conditions de passage des examens, malmenés par l’année chaotique, hachée et incomplète due aux conditions sanitaires. Ils et elles demandent la validation du baccalauréat par contrôle continu comme l’an passé.

La direction de l’établissement a annulé les cours lundi et mardi dernier et la situation s’est tendue avec de la répression policière vendredi. Une lycéenne s’est entendu dire des propos sexistes et il y aurait eu une agression sexuelle ; une autre a fini en garde à vue où elle a subi des propos sexistes et violents, et passera au tribunal pour rébellion entre autres.

Aujourd’hui la direction de l’établissement avait promis la présence des forces de l’ordre. Des enseignant.es, des parent.es, des syndicalistes et un élu écologiste local seront présent.es en soutien aux élèves et pour éviter toute répression.

Amnesty International recueille les témoignages de lycéens et de lycéennes, glaçants.

Le communiqué de presse intersyndical

Communiqué de presse des Effrontées

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DES EFFRONTÉ-ES
24 MAI 2021

AGRESSIONS SEXUELLES SUR DES LYCÉENNES PAR LA POLICE À RENNES
NOUS EXIGEONS UNE ENQUÊTE !

Les élèves du lycée Bréquigny à Rennes bloquent leur établissement depuis deux semaines pour protester contre le “bac Blanquer” *. Dès le 1er jour, et semble-t-il systématiquement,  les CRS sont intervenus, faisant usage de la matraque, de l’étranglement et même du LBD, pointé sur le visage des lycéen-nes.

QUAND LA RÉPRESSION VIOLENTE DES MOUVEMENTS SOCIAUX EST APPLIQUÉE À DES MINEUR-ES

Le blocage est un outil courant de la mobilisation étudiante et lycéenne, mobilisation qui est un droit, et les CRS ou la BAC n’ont rien à faire dans un lycée ! Les armes de répression telles que le LBD encore moins ! Devra-t-on en outre rappeler que celui-ci n’est pas supposé être utilisé de cette manière ? La police a également chargé les élèves avec une voiture, manquant de les renverser, alors que ces dernier-es déplaçaient des poubelles pour bloquer leur lycée.

De telles méthodes sont déjà scandaleuses envers des manifestant-es adultes, elles sont intolérables envers des adolescent-es.

« Si je te rattrape je te viole »

A cette répression violente se sont ajoutés, vendredi dernier, des propos inadmissibles des policiers envers des lycéennes : « Ah tu jouis là », s’est entendu dire cette élève plaquée contre un arbre, son masque violemment arraché. S’en suivra une garde à vue de 8 heures.

La suite ici : https://effrontees.wordpress.com/2021/05/24/agressions-sexuelles-sur-des-lyceennes-par-la-police-a-rennes-nous-exigeons-une-enquete/

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s